Doctorat en informatique cognitive

IMG_2849

Je dois d’abord remercier mes co-directeurs de recherche Roger Nkambou (informatique) et Pierre Poirier (philosophie) qui m’encouragent depuis plusieurs années maintenant à terminer ce doctorat en informatique cognitive que je poursuis tout en étant professeur à temps plein à l’ESG-UQAM. Mon projet de thèse consiste dans la construction d’un jeu formatif (Serious Game) pour former les gestionnaires à l’élaboration de modèles d’affaires fortement soutenables (strong sustainability).  J’ai pu grâce à l’aide financière du DIC et du GDAC proposée par Roger Nkambou présenter une première version de ce projet à ISPIM, Barcelona, juin 2012.  À mon retour de Barcelone, j’ai assisté aux travaux de l’École d’été en cognition (voir http://www.summer12.isc.uqam.ca/page/renseignement.php ).

Pourquoi l’informatique cognitive?  Turing m’a toujours intrigué.  Il est l’inventeur de l’ordinateur théorique, co-inventeur de l’ordinateur physique, et le fondateur des sciences de la cognition à partir de sa fameuse question: est-ce que les machines pensent?  J’avais lu sa biographie et quelques articles à son propos.  Le séminaire DIC 8101 m’a permis de mieux le situer dans le développement des sciences cognitives (séminaire DIC8101, suivi à l’automne 2008 avec les professeurs Pierre Poirier et Jean-Guy Meunier).  Mais c’est un séminaire hors programme (suivi après un autre séminaire hors programme DIC 9305 « Logique, informatique et sciences cognitives » avec les professeurs Serge Robert et Roger Villemaire) qui m’a fait toucher en quelque sorte l’essence de la contribution de Turing aux sciences cognitives (séminaire ISC9000 « Cognition, computation et hypercomputationLes agents cognitifs sont-ils des machines ? Si oui, pourquoi ? Sinon pourquoi ? » automne 2011, avec les professeurs Jean-Guy Meunier et Stevan Harnad).  Le professeur Harnad, grand spécialiste (exégète?) de la pensée de Turing nous a ouvert les yeux sur l’étendue de la contribution de Turing.

A suivi ma deuxième École d’été – avec comme thème Turing bien sûr dont on soulignait en 2012 le 100ème de sa naissance – et son défilé de chercheurs venus du monde entier sans compter la présence de grands maîtres comme Daniel Dennett, l’auteur de ce merveilleux livre «Théorie évolutionniste de la liberté», Antonio Damasio, et John Searle – qui a parlé de conscience et de causalité – le tout organisé et animé par le professeur Stevan Harnad que je tiens particulièrement à remercier ici.